Forum gothique: Mélancolie Gothique

Forum de discussion sur le mouvement gothique, l'ésotérisme, les modes de pensée underground, la culture sombre.
 
AccueilHomeCalendrierGalerieFAQRechercherS'enregistrerConnexionBoutiqueAngellyca Hoffmann ~ Médium - Tarologue - OccultisteWebzineRèglement du forumRadio goth-metalRadio paganRadio relaxationNos Partenaires

Partagez | 
 

 la rebellion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Faut-il de la rebellion?
oui à tous les prix
28%
 28% [ 8 ]
oui avec ses limites
52%
 52% [ 15 ]
non avec des exceptions
17%
 17% [ 5 ]
non surtout pas
3%
 3% [ 1 ]
Total des votes : 29
 

AuteurMessage
Nébuleuse
Gardien Du Temple
Gardien Du Temple
avatar


MessageSujet: la rebellion   Dim 16 Déc 2007, 15:03

Rappel du premier message :

Suite à la discussion sur le regard des autres.

Qu'est ce qu'est pour vous la rebellion, en quoi elle consiste? Est elle positive ou négative? pensez vous vous rebeller et comment? faudrait-il être "rebel"?
Je précise qu'il faut éviter certains propos fortement illégaux comme l'apologie des attentats, merci de votre compréhension .
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: la rebellion   Jeu 20 Déc 2007, 11:06

Je viens de lire les deux pages de ce sujet certes intéressant et je constate qu'au fur et à mesure des différentes réponses,on a tendance à oublier de quoi l'on parlait et donc la véritable question posée.Un amalgame énorme est en train de se créer entre la rébellion et la révolution! Twisted Evil
Alors que pour moi ce sont deux choses très distinctes.
La rébellion est un acte assez isolé,voire personnel,par lequel on a recours lorsque l'on veut donner son avis,lorsque l'on souhaite s'insurger d'une quelconque autorité,lorsque l'on proclame sa désobéissance face à telle ou telle règle établie.En aucun cas,la violence fait partie intégrante de cet acte,car on peut être rebelle en disant tout simplement ce que l'on pense. Smile
La révolution,elle,se différencie de par le fait que c'est une action produite par une masse,par un groupe de personnes,souvent armées,qui tend à changer l'ordre établi.
Pour résumer,je dirais que lorsque tu te rebelles,tu te fais entendre,alors que lorsque tu te révoltes,tu t'imposes.Et ce détail a une très grande importance au travers de cette discussion.

En ce qui me concerne,j'ai voté pour la première réponse,à savoir qu'il faut de la rébellion à n'importe quel prix.En effet,pourquoi vouloir "modérer" cet acte en lui imposant des limites,puisque le propre de la rébellion c'est de braver l'odre,l'autorité,et donc les règles ou limites imposées!? scratch
Revenir en haut Aller en bas
Twilight
Connaisseur des lieux
Connaisseur des lieux
avatar


MessageSujet: Re: la rebellion   Jeu 20 Déc 2007, 20:51

Citation :
En ce qui me concerne,j'ai voté pour la première réponse,à savoir qu'il faut de la rébellion à n'importe quel prix.En effet,pourquoi vouloir "modérer" cet acte en lui imposant des limites,puisque le propre de la rébellion c'est de braver l'odre,l'autorité,et donc les règles ou limites imposées!? scratch

Des limites pour ne pas finir dans les extrêmes, ce n'est jamais bon à mon goût de trop "dépasser les limites", parfois il vaut mieux se calmer. Ces limites là on se les fixe soi-même.
Parfois il ne faut pas insister, un gars dans ma classe n'arrête pas de contester tout et n'importe quoi, ce qu'on pouvait prendre pour de la rébellion est juste de la connerie pure.
Mais parfois il a raison, alors on se rebelle à plusieurs. Laughing

Je serai plus du côté "je me rebelle en disant ce que je pense". Et quand j'ai l'occasion de l'ouvrir, je ne la rate pas.

La révolution est engendrée par une rébellion qui s'est étendue et est devenue un phénomène de foule, c'est bien ça? *inculte*
Revenir en haut Aller en bas
http://faefallen.skyrock.com
lilith's wasp
Grand sage du forum
Grand sage du forum
avatar


MessageSujet: Re: la rebellion   Jeu 20 Déc 2007, 21:38

Danaé ou comment rendre un sondage totallement abérant xD

Mais je trouve que tu as completement raison en plus ^^ ça en fout un coup au débat mais bon xD
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: la rebellion   Jeu 20 Déc 2007, 21:50

@ Wasp: Maiheuuu
Revenir en haut Aller en bas
Teg
Grand connaisseur des lieux
Grand connaisseur des lieux
avatar


MessageSujet: Re: la rebellion   Ven 21 Déc 2007, 00:29

Mouaip d'accord aussi...

D'autant que dans le dilemme : la révolution et la démocratie on s'aperçoit que la révolution ne peut jamais être démocratique... C'est une grande absurdité... Ce qui implique que la révolution se pose automatiquement contre un ordre existant. Tout comme la rebellion...

Mais à mon sens la différence entre les deux est que la rebellion vise un intérêt particulier noyé dans la masse, une résistance constructive, alors que la révolution ne vise en premier lieu aucun ordre, elle est le chaos pur, le sang en abondance (aucune révolution n'est posible sans cette violence qui lui est inhérente sinon ce n'est pas une révoluton mais une réforme...). LA révolution s'arrête dès qu'un ordre établi se met en place.

A ce jeu la RF, n'a peut être duré en fait que quelques jours... tout au plus... et que l'on a sanctifié en France (chose la plus amusante) comme principe de liberté : un concept chaotique, contredisant l'ordre républicain lui même... franchement il y a de quoi se gausser de longues heures...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: la rebellion   Ven 21 Déc 2007, 01:57

Tout dépend quand la rébellion apparaît je dirais. A l'adolescence, oui, il en faut, c'est grâce à elle que l'on se structure. Bien entendu, il ne faut pas que cela soit trop excessif, sinon cela crée des tensions et des déséquilibres qui peuvent vite devenir ingérables. Ensuite, pour ce qui est de la rébellion communément admise, je pense qu'il en faut, mais à petites doses. La rébellion a de très bons effets quand elle est utilisée à bon escient et de façon réfléchie. Je ne pense pas que se rebeller pour se rebeller puisse faire bouger une société. En revanche, une rébellion avec un but et guidée par des leaders qui savent exactement ce qu'ils veulent, connaissent les moyens à mettre en oeuvre et les risques qu'ils encourent, peut déplacer des montagnes.
Revenir en haut Aller en bas
Tonio le Voyageur
Grand connaisseur des lieux
Grand connaisseur des lieux
avatar


MessageSujet: Re: la rebellion   Ven 21 Déc 2007, 19:03

Citation :
aucune révolution n'est possible sans cette violence qui lui est inhérente sinon ce n'est pas une révolution mais une réforme...

Je me permet de te contredire en utilisant le seul exemple de révolution que je connaisse, qui na pas fini par rendre le fleuve rouge..celle menai par Gandhi, la révolution des inde.

Je ne pense pas qu'il faille ce rebeller des que quelque chose ne vas pas, comme le fond les français des que l'on tente de changer la loi ou autre.
Il faut aussi savoir encaisser, car le problème est le suivant, si l'on ce rebelle au moindre problème on va avoir tendance a camper sur nos positions et nous n'évoluerons donc jamais..il faut évoluer si on veut survivre.

Appliquons ce principe d'évolution a l'adolescent:

Citation :
A l'adolescence, oui, il en faut, c'est grâce à elle que l'on se structure. Bien entendu, il ne faut pas que cela soit trop excessif, sinon cela crée des tensions et des déséquilibres qui peuvent vite devenir ingérables
.

Dans ce cas la il en faut donc mais mesurément..

Mais a la fin du XVIIIeme, je crois que les gens du peuple avait vraiment trop encaissé, trop subit de préjudices depuis trop longtemps ce qui a engendré après multiple rébellions, la révolution.

Il faut ce rebeller seulement quand nous pensons que cela vaut vraiment le cout, quand cela nous touche..par contre quand on commence une rébellion il faut la finir :!:
Revenir en haut Aller en bas
Teg
Grand connaisseur des lieux
Grand connaisseur des lieux
avatar


MessageSujet: Re: la rebellion   Ven 21 Déc 2007, 20:20

Tonio le Voyageur a écrit:
Citation :
aucune révolution n'est possible sans cette violence qui lui est inhérente sinon ce n'est pas une révolution mais une réforme...

Je me permet de te contredire en utilisant le seul exemple de révolution que je connaisse, qui na pas fini par rendre le fleuve rouge..celle menai par Gandhi, la révolution des inde.

Je ne pense pas qu'il faille ce rebeller des que quelque chose ne vas pas, comme le fond les français des que l'on tente de changer la loi ou autre.
Il faut aussi savoir encaisser, car le problème est le suivant, si l'on ce rebelle au moindre problème on va avoir tendance a camper sur nos positions et nous n'évoluerons donc jamais..il faut évoluer si on veut survivre.

Appliquons ce principe d'évolution a l'adolescent:

Citation :
A l'adolescence, oui, il en faut, c'est grâce à elle que l'on se structure. Bien entendu, il ne faut pas que cela soit trop excessif, sinon cela crée des tensions et des déséquilibres qui peuvent vite devenir ingérables
.

Dans ce cas la il en faut donc mais mesurément..

Mais a la fin du XVIIIeme, je crois que les gens du peuple avait vraiment trop encaissé, trop subit de préjudices depuis trop longtemps ce qui a engendré après multiple rébellions, la révolution.

Il faut ce rebeller seulement quand nous pensons que cela vaut vraiment le cout, quand cela nous touche..par contre quand on commence une rébellion il faut la finir :!:

Ghandi a t il mener une révolution ??, L'on peut se poser la question...
Revenir en haut Aller en bas
Teg
Grand connaisseur des lieux
Grand connaisseur des lieux
avatar


MessageSujet: Re: la rebellion   Ven 21 Déc 2007, 20:23

t juste pour dire : Si on ne se rebelle pas on accepte un état des lieux...

Pour explorer plus longuement : les politiques appartiennent à un cercle qui leur est propre sociologiquement et idéologiquement. Sans rébellion, il n'y aurait pas de limites à leur action... La loi votée par eux mêmes serait oeuvre divine et nous serions peut être que des esclaves inutiles et abondants...

A l'inverse, le chaos est il meilleur ? Pour ma part oui car findamentalement égaliste. Mais je comprends que cela ne soit pas le cas pour tous.

Il y' à donc un juste milieu mais je trouve l'attitude apssive et l'attitude ultra active tout aussi dangereuse... L'une permet la main mise de quelques uns sur tous et l'autre oeuvre pour une destruction de tout ce qui est constructif...
Revenir en haut Aller en bas
Tonio le Voyageur
Grand connaisseur des lieux
Grand connaisseur des lieux
avatar


MessageSujet: Re: la rebellion   Ven 21 Déc 2007, 22:52

Citation :
A l'inverse, le chaos est il meilleur ? Pour ma part oui car fondamentalement égaliste. Mais je comprends que cela ne soit pas le cas pour tous.

Chaos=Anarchie

Je ne voie pas la différence entre les deux..et quand c'est le chao, en théorie cela ne servirait a rien de ce rebeller, mais pourquoi ne pas ce rebeller contre le chao?

Je trouve la question du sujet trop vague on s'en éloigne facilement What a Face on rebelle quand on pense que c'est le bon moment c'est tout..mais quand on ce rebelle c'est a fond(je sais je me repete).
Revenir en haut Aller en bas
Teg
Grand connaisseur des lieux
Grand connaisseur des lieux
avatar


MessageSujet: Re: la rebellion   Dim 23 Déc 2007, 12:28

Il est vrai que cette question pose le problème centrale de la rebellion :

Pour un gouvernement la rebellion n'est pas légitime pour des raisons simples à comprendre. tout pouvoir organise sa sphère de manoeuvre et de contingence, la rebellion est une remise en cause de cela. La preuve : tout pouvoir quel qu'il soit à toujours proclamer en premier lieu sa légitimité (même fausse) et à établi un certains nombres de règles quant à sa défense. Si les communistes prenaient en priorité en Europe de l'Est le ministère des Armées ce n'est nuellement par hasard : l'armée c'est le coprs armé légitime d'une nation... La monarchie en France à dévelkopper deux ministères en tout premier lieu : le Trésor et l'armée. Pour reprendre quelque peu Weber : l'Etat : c'est le monopole de la violence légitime (en fait je préfère le monopole de la surviolence : au sens où légitime est trop subjectif et on voit bien que l'Etat développe techniquement ses forces de l'ordre afin d'obtenir toujours une supériorité radicale dans la violence... Et un Etat n'en est plus un, lorsque des para militaires lui sont supérieurs par exemple...)

Du coup, le problème n'est plus quand se rebeller, mais existe t il des cas où la rebellion est légitime. SI on admet que non, alors tout pouvoir peut faire de vous ce qu'il veut, vous n'aurez jamais légitimité à lutter contre. Soit oui, mais alors on est jamais dans le domaine objectif, et comme la perception des droits de chaucn est assez floue, toute atteinte à sa personne pourrait être la cause d'une rebellion.

Conclusion : quelle est la véirtable légitimité de la rébellion. Ma réponse et elle ne concerne que moi est la suivante : la rébellion est un acte d'autodéfense lorsque l'on est spolié de ses droits naturels. Or toute société organisée sur une répartition non égalitaire et non démocratique (démocratie directe bien sur) des droits, devoirs et richesses, est une légitime cause à la naissance d'un sentiment de révolte. Le concept de nation est à lui seul une attaque féorce aux droits naturels individuels. Au sens où il cherche à fonder une légitimité supérieure à l'individu. Donc la rébellion est pour l'instant tout à fait légitime...

Toutefois j'ai conscience que ma théorie de la révolte universelle et continue comporte deux faiblesses (voire toris) que je n'arrive à dépasser :
1) l'ntérêt individuel l'emportera toujours sur l'intérêt général. Donc au centre du chaos, certains utiliseront les autres pour leur bon vouloir au lieu de vivre en stricte égalité.
2) l'absence de structure sociale empêche tout développement scientifique surtout lorsque les recherches nécessitent véritablement un matériel sophistiqué et des spécialisations techniques poussées. Mais on peut toujours contourner la chose en se posant véritablement la question de l'intérêt d'une science qui expliquerait le monde par exemple ?
3) Toute structure sociale produit de manière inhérente une structure hiérarchique. Car les possibilités intellectuelles ou physiques n'étant jamais égalitaires, il s'ensuit une incompatibilité chronique entre égalité naturelle, égalité sociale et structure sociale. Cela rejoint un peu le point numéro 1 au sens où ceux qui viendront à occuper une position hiérarchique, utiliseront ce pouvoir à des fins privées (cela en pouvant penser en toute honnêteté que ce n'est pas le cas)...

Une fois que je pourrais résoudre ces trois points théoriques, je pourrais penser comme viable un tel projet.
Revenir en haut Aller en bas
Ara
Connaisseur des lieux
Connaisseur des lieux
avatar


MessageSujet: Re: la rebellion   Lun 31 Déc 2007, 17:26

Non, surtout pas : la seule façon de changer quelque chose, c'est de faire avec ce que nous avons sous la main. Il existe une fable romaine qui raconte l'histoire d'un roi qui tuait à chaques fois ses fils dès qu'ils atteignaient une certaine intelligence. Un de ses fils feint la débilité, et donna tout son argent à son père. Puis, le moment venu, il le tua.

Donc, pour changer quelque chose, soyez comme le virus : pernicieux, insidieux, doucement violent et surtout : contagieux. Et ne détruisez jamais le corps avant d'en avoir vampirisé toutes les ressources.
Revenir en haut Aller en bas
bloody-angel-21
Âme habituée des lieux
Âme habituée des lieux
avatar


MessageSujet: Re: la rebellion   Mar 01 Jan 2008, 15:28

La rébellion est primordiale dans une société.. Sinon celle-ci ne pourrait pas se dévelloper et avancer...
Je prend l'exemple de la Corée du Nord, dans laquelle aucune rebellion n'est possible...(ou presque)! Le pays n'avance pas et stagne(ortho?) sur une politique que je trouve l'une des plus odieuse puisqu'elle interdit l'expression et donc la rebellion. La Corée du Nord est donc entrée dans un cercle vicieux!

Mais la je m'égare et je reviens donc dans le sujet avec ma conclusion qui est que la rébellion est tous simplement le moyen d'expression qui est pour moi le plus normal!
Revenir en haut Aller en bas
Ara
Connaisseur des lieux
Connaisseur des lieux
avatar


MessageSujet: Re: la rebellion   Mar 01 Jan 2008, 15:35

Pour votre exemple de la corée du Nord, je suis persuadée que si une personne *bien intentionnée* arrivait, en obéissant de manière faussement aveuglée aux loies, à gravir les échelons sociaux, elle pourrait sans nul doute faire changer bon nombre de choses, et cela sans se salire. Mais, tout borné et brutal qu'il est, l'être humain préferera toujours se complaire dans la violence (car la rébellion est une forme de violence, psychique et/ou physique) plutôt que de faire travailler ses douloureux méninges...
Revenir en haut Aller en bas
Teg
Grand connaisseur des lieux
Grand connaisseur des lieux
avatar


MessageSujet: Re: la rebellion   Mar 01 Jan 2008, 23:13

Ara a écrit:
Pour votre exemple de la corée du Nord, je suis persuadée que si une personne *bien intentionnée* arrivait, en obéissant de manière faussement aveuglée aux loies, à gravir les échelons sociaux, elle pourrait sans nul doute faire changer bon nombre de choses, et cela sans se salire. Mais, tout borné et brutal qu'il est, l'être humain préferera toujours se complaire dans la violence (car la rébellion est une forme de violence, psychique et/ou physique) plutôt que de faire travailler ses douloureux méninges...

Quoi qu'il n'est pas rare de voir d'apprenti rebelles gravir les échelons et finalement épouer la doctrine en place. Mai 68 en est le plus flagrant exemple.

Et je désire placer une différence essentielle : la révolution est sanguinaire car elle est à ses débuts purement antidémocratique. Elle est l'oeuvre d'une minorité contre la majorité. C'est sa définition politique pure, ce qui sous entend forcément des actes de violence et d'hubris.

La rebellion est plutôt un acte individuel, limité dans sa portée et qui vise bien souvent une amélioration segmentaire de la réalité.

Enfin si on désire rénover les choses de l'intérieur l'on est réformiste. La réforme vise à maintenir les institutions ou le cadre idéologique en place tout en l'adaptant à une réalité socio-économico-politico-culturelle différente. Or depuis 40 ans qu'en France l'on nous bassine de ce beau concept, l'on s'aperçoit que le résultat est un certain trompe l'oeil. Les technocrates sont à l'abri des réformes et ils imposent à leurs administrés leurs propres perceptions des choses (perception forcément faussée d'ailleurs).

Lorsque tu parles de méninges Ara, je puis comprendre ta position, mais d'un autre côté l'expérience réelle montre que jusqu'ici les réormes n'ont abouti qu'à bien peu de choses concrètes en termes de changements idéologiques et d'institutions politico-culturello-économico-socialo-culturelles...
Ou alors je ne les vois pas, autre possibilité...
Revenir en haut Aller en bas
Harald
Jeune âme
Jeune âme
avatar


MessageSujet: Re: la rebellion   Mar 01 Jan 2008, 23:33

Pourquoi la Corée du Nord ?

Les US valent mieux en termes de respect des droits de l'homme tu crois?

A méditer... Wink
Revenir en haut Aller en bas
Tonio le Voyageur
Grand connaisseur des lieux
Grand connaisseur des lieux
avatar


MessageSujet: Re: la rebellion   Mer 02 Jan 2008, 12:39

Harald: La question n'est pas de savoir quel pays doit ou ne doit pas ce rebeller.

Vous ne parlez que de la rébellion qui fais avancer les choses, mais il suffit d'écouter un peu ce qui ce passe autour de nous pour s'apercevoir que chaque jours des gens essayes de ce faire entendre, et par pur égoïsme il font reculer toute la société sans pour autant que leurs actions face avancer celle ci..prenons pour exemple les voitures qui brûles dans les banlieues.
J'ai entendu le reportage d'un pompier qui disait qu'ils intervenait près de 4 fois par nuit sur des voitures brûlées..cette forme de rébellion ne fais pas avancer les choses mais nous serves juste a savoir que les personnes qui commettent ces actes ne sont pas contentes de leur situation(ou alors qu'ils s'amusent Laughing ), ces actes font reculer la société et ça c'est de l'égoïsme.



PS: Pour l'américain moyen, de la nourriture et des jeux (comme pour les romains)et le voila heureux..(ça marche aussi en France avec les foot-eux Laughing )
Revenir en haut Aller en bas
Harald
Jeune âme
Jeune âme
avatar


MessageSujet: Re: la rebellion   Mer 02 Jan 2008, 13:32

Effectivement que la question n'était pas là...
Je voulais juste dire que les pays qui "osent" faire face à l'empire américain militaire se voyent aussitôt médiatisés en mal, comme la Corée du Nord justement. Wink

Maintenant pour les banlieues en France, c'est un problème très complexe...
Je ne pense même pas que les individus qui allument des voitures, voir des rues entières, le fassent par rebellion...

A mon avis c'est un rejet systématisé de la société civile qui est la cause de ces agissements, et je ne juge pas mais je m'interroge...

Monsieur X n'est pas content de sa vie sociale qu'il estime injustement sur une échelle trop basse et donc par conséquence Monsieur X met le feu à la voiture de Monsieur Y qui vit dans la même banlieue et a eu le malheur de garer son véhicule sur le trotoir en face de lui, commun pour Monsieur X également. Ce type de raisonnement est d'une simplicité révoltante, surtout que les voitures qui flambent ce sont généralement celles des pauvres gens, tout du moins d'une classe moyenne qui éprouve au moins les mêmes difficultés que les auteurs de ces actes de dégradation sur la voie publique. Là ce n'est plus uniquement de la rebéllion mais une minorité qui fait la loi en fonction de ses valeurs, qui sont en fait des anti valeurs, parce que pour moi la violence et l'égalité forcée des classes sociales c'est tout sauf de la démocratie...

Je dis pas qu'il faut y aller en force avec les blindés de la gendarmerie nationale non plus, me faites pas dire ce que je n'ai pas dit...

Simplement je ne trouve pas normal qu'une minorité terrorise la majorité...

Alors rebellion ok, violence non ! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Ara
Connaisseur des lieux
Connaisseur des lieux
avatar


MessageSujet: Re: la rebellion   Mer 02 Jan 2008, 13:37

Je pense que vous confondez *rébellion* et *émeute*, Tonio le voyageur. Les émeutes ont plus d'affinité avec l'hystérie(sans lien éthymologique).

D'autre par, Teg, vous mentionnez le terme de réforme, soit. Alors, dans ce cas, et considérant les limites que vous attribuez aux réformes, comment appilquez vous ce schéma à la prise de pouvoir par les nationaux-socialistes ? En mettant de côté les crimes commis, le national-socialisme s'est tenté à la rebellion par le célèbre *putsh de la Brasserie*, qui se solda par un échec. Cependant, cette idéologie s'imposa ensuite par un système bien plus conventionnel et hiérarchique. Au résultat, il se produit bien autre chose que :

*l'expérience réelle montre que jusqu'ici les réformes n'ont abouti qu'à bien peu de choses concrètes en termes de changements idéologiques et d'institutions politico-culturello-économico-socialo-culturelles...*

Je pense que cela peux convenir à ton *autre possibilité*. Si l'on se faufile, de manière plus ou moins discrète, dans ces échelons, on peut parvenir au pouvoir, pour après l'appliquer à sa guise, en *bien*, ou en *Mal*.

Cependant je partage ton scepticisme vis-à-vis des réformes plus contemporaines, car, sous couvert de démocratie, notre régime actuel donne d'une main et reprend de l'autre, leurrant tous nos pauvres moutons.

« nous n'avons jamais été aussi libres que sous l'Occupation »
Jean Paul Sartre, écrivain DE GAUCHE.

Hormis le fait que ces changements sont bien discutables, on peut remarquer qu'ils ont eu lieux, et de manière flagrante.

Pour conclure, je pense qu'il faudrait d'abord se pencher sur le sujet de la liberté *politico-culturello-économico-socialo-culturelle*, qui, à mon avis, se fait bien fi de nos pauvres cerveaux, aveuglés par la plus grande et plus infâme supercherie qui se soit produite : la Révolution française... ou comment les nobles perdirent leurs privilèges, non pas grâce au peuple, mais à cause des bourgeois les manipulant. La Nature est ainsi faite : certains gouvernent, d'autre subissent. Á vous de choisir votre camp, mais gardez toujours en tête que tout les moyens humains, c'est à dire basiques et souvent brutaux, ont déjà étés anticipés. L'olygarchie à quatre tours de plus que vous, et ses pions toujours éveillés, prêts à manger votre Roy pour mettre le sien à sa place.
Revenir en haut Aller en bas
Tonio le Voyageur
Grand connaisseur des lieux
Grand connaisseur des lieux
avatar


MessageSujet: Re: la rebellion   Mer 02 Jan 2008, 15:17

Ara TU n'est pas obligé de nous vouvoyez Laughing parlons tous sur le meme pied d'égalité il n'y a que comme ca que les choses peuvent évoluer sans dire "je suis plus fort que toi alors je t'écrase" TUTOIS moi Wink

Citation :
Je pense que vous confondez *rébellion* et *émeute*, Tonio le voyageur. Les émeutes ont plus d'affinité avec l'hystérie(sans lien éthymologique).

Les émeutes sont une forme de rébéllion..je pense que TU me rejoins la dessus?
Et en citant cet exemple je ne pensé pas aux émeutes des gamins qui ont cramé (je sais plus quand c'était Laughing ) mais a la vie de tous les jours..il faudrait ce demander pourquoi ils brulent, la voiture a cet endroit stratégique, pourquoi ils jouent avec la police, pourquoi ils n'essayent pas de s'integrer, pourquoi ils en sont la... :?:

La réponse simple est surement, qu'ils sont completement débiles..et la solution est surement, de les mettres tous dehors...mais je trouve cela trop simple ils valent surement un peu plus que ce qu'ils montrent.

Apres cette étude sur les "racailles" revenont au sujet et applicon ceci:

Citation :
*l'expérience réelle montre que jusqu'ici les réformes n'ont abouti qu'à bien peu de choses concrètes en termes de changements idéologiques et d'institutions politico-culturello-économico-socialo-culturelles...*

Je pense que cela peux convenir à ton *autre possibilité*. Si l'on se faufile, de manière plus ou moins discrète, dans ces échelons, on peut parvenir au pouvoir, pour après l'appliquer à sa guise, en *bien*, ou en *Mal*.

Cependant je partage ton scepticisme vis-à-vis des réformes plus contemporaines, car, sous couvert de démocratie, notre régime actuel donne d'une main et reprend de l'autre, leurrant tous nos pauvres moutons

A mon exemple..c'est clair le systeme ne convien pas a notre pays..il ne nous reste donc plus qu'a nous rebeller..mais comment?
Revenir en haut Aller en bas
Ara
Connaisseur des lieux
Connaisseur des lieux
avatar


MessageSujet: Re: la rebellion   Mer 02 Jan 2008, 15:48

Les citations étaient de Teg, et une partie du dialogue était adressé à lui, désolé du manque de clareté de mes propos.

Le vouvoyement est utilisé dans un but de courtoisie et de politesse, voir de respect, et nullement dans une optique dominatrice et pédante. Ce sont quelques séquelles de mon éducation que certains jugerons inutiles, à tors ou à raison. Donc permettEZ moi de le conserver (sourir amical et nullement moqueur).
Je n'attend pas de vous la pareille, cela serait vouloir imposer une volonté, qui par ailleur n'est pas mienne, dans un lieu dédié à l'échange libre (Historiquement, dans la Rome antique, le mot latin forum désignait la place publique d'échange).

Citation :
Les émeutes sont une forme de rébéllion..je pense que TU me rejoins la dessus?

Hélas non ! Peut être ai-je une mauvaise approche de la rébellion comme quelquechose d'organisé, du moins un minimum... contrairement à l'émeute qui est plus impulsive.

Comment se rebeller ? En innovant, car les vieux précepts, usés jusqu'à la moëlle, tels que la violence ou la révolution, peuvent toujours se retourner contre nous, car peux de personnes sont prêts à sacrifier leurs vies pour une cause commune, à moins de bien être formatés... par un groupe, réduit et tout-puissant, qui mènera cette masse aveugle et assoiffée là oú sa volonté le désirera.

Donc, pour se *rebeller*, il faut être l'élite.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: la rebellion   Mer 02 Jan 2008, 16:45

Ara a écrit:

Le vouvoyement est utilisé dans un but de courtoisie et de politesse, voir de respect, et nullement dans une optique dominatrice et pédante. Ce sont quelques séquelles de mon éducation que certains jugerons inutiles, à tors ou à raison. Donc permettEZ moi de le conserver (sourir amical et nullement moqueur).

Un petit hors sujet après je me sauve :Embarassed : Je trouve ta façon de t'exprimer très élégante. Je vouvoie les gens jusqu'à ce qu'ils me donne l'autorisation de les tutoyer, sauf sur les forums ou là c'est plus une question de convivialité, mais je comprend ton point de vue et si je te tutoie, c'est avec le même respect que je m'adresse à toi que celui que tu as pour nous en nous vouvoyant. Wink

Voilà, je m'en vais.. Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Tonio le Voyageur
Grand connaisseur des lieux
Grand connaisseur des lieux
avatar


MessageSujet: Re: la rebellion   Mer 02 Jan 2008, 17:20

Ara si tu est habituer a vouvoyez continue cela ne me dérange nullement j'avais simplement peur que tu parles comme cela par trop grand respect.

Citation :
Donc, pour se *rebeller*, il faut être l'élite.

Je ne fais pas partie de l'élite donc je ne peux pas me rebeller..?
Si je ne peut pas me rebeller et que ce régime devient trop oppressant alors je fais une émeute..je me rebelle a ma facon celon mon niveau qui n'est pas celui de l'élite.

Que entends tu exactement par élite?
Revenir en haut Aller en bas
Ara
Connaisseur des lieux
Connaisseur des lieux
avatar


MessageSujet: Re: la rebellion   Mer 02 Jan 2008, 17:41

L'élite est réservé à ceux qui en on la volonté déterminée. Si vous ne vous considérez pas comme l'élite, sachez juste qu'Einstein ne savait pas faire ses lacets, cela peut donner une idée *relative* de l'élite.

On peut apeller *élitiste* un individu qui cherche à surpasser les préjugés, les idées communes, vulgaires, populaires, à surpasser les hommes et à se surpasser donc soi-même (confere le concept du Surhomme de Nietzche). Cela ne demande pas vraiment énormément de capacité intellectuelle, mais plutôt la capacité de se remettre une fois en question sur tout les sujets qui nous semblent évidemment *bond* ou *mauvais*, et de se faire violence afin de reconnaître tout ses vices. Celui qui se connaît lui même peut connaître les autres, leures peures, leures faiblesse, et ainsi les utiliser à ses fins. Couramment, on apelle cela de la manipulation, mais ce terme est tellement péjoratif que je vais apeller cela *séduction* (sourir).

L'élite, par définition, est rare, car le commun des mortels préférera se cloîtrer dans des illusions préconçues plutôt que de souffrir la connaissance (lisez donc ce petit texte intitulé l'Allégorie de la Caverne, de Platon). Donc chacun est seul maître.

Pour finir, je craignais que vous preniez mon vouvouyement comme une certaine morgue envers vous, mais ce fut l'inverse qui a été ressenti, et je vous traite avec tout le respect qui vous est dû.

eDIT : Merci du compliment, Angellyca, il me va droit au coeur.
Revenir en haut Aller en bas
Tonio le Voyageur
Grand connaisseur des lieux
Grand connaisseur des lieux
avatar


MessageSujet: Re: la rebellion   Mer 02 Jan 2008, 22:47

Ara tu est quelqu'un que j'apprécie vraiment Wink

Maintenant j'ai une petite question:
Si je me reconnais dans la description de l'élitiste que tu viens de faire..je suis donc élitiste?
Mais si je sais que je suis élitiste, que je suis capable de manipuler, de "séduire"..je perd toute mon humilitée, je perd ce qui fais de moi un etre sensible avec des faiblesses, je perd mes sentiments...en meme temps je suis conscient de cela, je me remet donc en question donc je ne suis pas fible et mon coté élitiste resurgit et prend le dsessus sur mes faiblesse...cercle vicieu mais qui s'il est controlé est tres utile...

dsl pour le flood :mitraillette:
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: la rebellion   

Revenir en haut Aller en bas
 
la rebellion
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum gothique: Mélancolie Gothique :: Mouvements et modes de pensée undergrounds, culture sombre :: ~*PHILOSOPHIE, DEBATS ET REFLEXIONS DIVERSES*~ :: Réflexions diverses-
Sauter vers: